Le digital pollue ? (maj 13 03 2019)

Le digital pollue ! Discrètement mais surement…

Qui a pris l’entière conscience de son impact digital (personnelle ou professionnelle) et des conséquences sur l’environnement ?

C’était en 2013, un ami nous relate une information lue la veille :

« Les saumons perdaient le nord, à cause du réchauffement des eaux.  »

Pourquoi ? La pollution digitale !

Des baies de brassages (serveur) avaient été installées près des rivières pour « refroidir » naturellement celles-ci mais augmentaient de fait la température des rivières avoisinantes.

La prise de conscience était là.

D’accord mais comment faire pour polluer moins ? Comment maîtriser cette pollution invisible produite par nos modes de « consommation digitale » ?

1/ Se former :

J’ai d’abord traité à la main ma boite mail. Désabonnement des newsletters inutiles et le tri systématique de mes mails.

Puis j’ai testé Cleanfox et j’ai comparé mon résultat à celui d’un ami « digiteur/influenceur »;  L’écart était fou ! Preuve que l’action quotidienne à un sens (n’en déplaise à certains).

2/ Agir :

infographie digital for the planet

Chacun peut agir et il faut mettre en lumière toutes les bonnes pratiques et actions.

Mon coup de coeur, Inès Leonarduzzi, CEO de Digital For The Planet. Elle est intervenue aux côtés du CEO de Cleanfox, à l’occasion des #axatalk sur la thématique suivante : « L’impact des nouvelles technologies et du numérique sur l’environnement. » . Une personnalité attachante  (la sororité) qu’il faut mettre en lumière car elle porte fièrement les idées du changement de consommation du WEB.

Pour ceux qui veulent en savoir plus voici le lien du site internet : https://digitalfortheplanet.com/

Écologie digitale et efficacité énergétique

Mercredi 10 Avril 2019 | 10h30 – 11h15 | Salle Maillot Table Ronde

En partenariat avec : ASVOLATHE SHIFT PROJECT
Animé par : Inès Leonarduzzi
Intervenants : Fabrice Bonnifet , Hugues Ferreboeuf , Kévin Guérin , Quentin Laurens

PRÉSENTATION

Notre usage des technologies du numériques représente aujourd’hui, avec la production des équipements, près de 4% des émissions des gaz à effet de serre : désormais moitié plus que l’aviation civile.
Le numérique, identifié comme un levier de développement économique paraît incontournable à tous les niveaux : personnel, institutionnel, professionnel… Pourtant, son mode de développement actuel à des effets incompatibles avec un monde à +2°C, et a fortiori à + 1,5°C. Si sa participation au dérèglement climatique est moins visible que celle d’autres secteurs d’activité, elle n’en est pas moins réelle. La contribution du numérique à la réduction de l’impact environnemental, si elle est souhaitable, elle reste encore largement à prouver, secteur par secteur. Il est donc urgent d’agir. En effet, la consommation énergétique liée aux usages et aux équipements numériques est en hausse de 9% par an, et il ne sera possible de la stabiliser qu’en adoptant un principe de « Sobriété numérique ».
Comment faire prendre conscience de l’impact environnemental du numérique ? Comment pouvons-nous diminuer l’empreinte « digitale » des entreprises et de la société sur notre environnement ? Quels sont les usages à adopter pour gagner en efficacité énergétique ? Comment intégrer des critères de « Sobriété numérique » dans la prise de décision ? Où sont les gisements de sobriété et d’efficacité dans le numérique ? Quelle écologie pour l’écosystème numérique ? Quelle société numérique pour quel futur ?

Une infographie sur les réseaux sociaux

En chiffres, pas en lettres !

Beaucoup de chiffres dans cet article intéressant à lire pour y retrouver des données clés sur les réseaux sociaux .

Vous vous demandez comment les réseaux influencent la décision d’achat ? ou encore,  quels réseaux influencent le plus la décision d’achat ? Cet article est fait pour vous.

https://comarketing-news.fr/infographie-115-chiffres-cles-pour-tout-connaitre-des-reseaux-sociaux/

Digitalomètre – outil d’auto-évaluation digitale de la BpiFrance

Lancement du Digitalomètre le nouvel outil d’auto-évaluation digitale de Bpifrance
Pourquoi le test demande déjà un bon niveau en marketing ?
La notion de CRM *(Explication de texte pour les néophytes) est évoqué dès la première question puis la 2ème question « Affiliation, e-RP, AB Testing, etc ». N’aurait on pas perdu une partie des personnes qui souhaiteraient se tester ? 
Le questionnaire se veut être simple d’accès. Ce qui est positif. Le problème c’est que  finalement on se perd vite. au final, à se voir trop simple et général , on perd le sens.
Le plus à noter : digitalomètre, titre très « vendeur » !
Pour rappel, Bpifrance a enrichit son programme d’accompagnement à la transformation digitale des PME et ETI avec le « Digitalomètre ». Ce nouvel outil doit permettre à l’entreprise de mesurer son niveau de maturité digitale, d’identifier ses phases de progression et de découvrir les offres d’accompagnement de Bpifrance adaptées à ses besoins digitaux diagnostiqués.
En conclusion, si vous avez besoin de vous tester, nous pouvons vous aider et nous aurons certainement un réseau pour vous accompagner en complément de la BPiFrance.
Source : Communiqué de presse – 14/02/2018